| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par MR_Claude
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Dans la nuit
Dessin : Denys
Scénario : Callède Joël

Dans la nuit, en cours


Volume 1 - 2003

Volume 2 - 2004

Volume 3 - 2005


Sur le web

  • Sujet sur la collection Insomnie [forum]
  •  

    1 avis


    thierry
    L'horreur en BD est un genre casse-gueule. Pour une réussite comme "Spirale", combien y-a-t-il d'échecs ? C'est dire le danger que courent les séries du nouveau label "insomnie" de Delcourt. Jusqu'à présent, j'ai feuilleté un Corbeyran qui table sur des effets cinématographiques sans réelle efficacité et "les cercles d'Akamoth", pas mal troussé mais loin de donner des insomnies.
    Par contre, cette nouvelle de Denys et Callède, déjà responsables du bon "Comptine d'Halloween", tire clairement son épingle du jeu. L'histoire en soi n'a guère d'interêt. Il ne faut pas être devin pour deviner les principaux rebondissements 5 pages à l'avance. Samantha est une adolescente perturbée. Sa mère est réduite a l'état de légume depuis une agression et son père lui fait un peu plus peur chaque jour. La seule personne a qui elle réussit a se confier est un animateur radio qui presente une emission de libre-antenne tard dans la nuit (non, ce n'est pas Maurad).
    La solitude occupe une place importante dans cette histoire. Le choix de prendre comme personnage récurrent de cette série un animateur de radio qu'on ne voit jamais contribue a son originalité. Comment mieux faire comprendre l'égarement de ces personnages ? L'histoire intégrée aux planches 16 et 17 en dit long sur les intentions des auteurs. Ils s'intéressent a ceux oubliés sur les bas-cotés de la société: ceux qui ne sont pas encore franchement exclus mais qui risquent de grossir le rang des laissés-pour-compte au premier faux pas.
    Qui plus est, les auteurs arrivent malgré tout a créer une réelle tension grace a un découpage original et un très bon travail sur les couleurs. On sent bien sur l'influence cinématographique qui était déjà au centre de "Comptine d'Halloween", mais Denys, Callede et Hubert ne se contentent pas de singer les formules qui marchent sur grand écran. Ils tentent vraiment l'expérience de la BD d'angoisse, essayant de faire monter la tension en se servant habilement des spécificités de la BD. Le résultat n'est sans doute pas un chef d'oeuvre mais de la BD de genre assumée, efficace et qui réussit a installer un réel malaise.
    bordure
    coin bordure coin