créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par ingweil


par oslonovitch
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Hikaru no Go
Dessin : Obata Takeshi
Scénario : Hotta

Hikaru no Go, terminé


Volume 1 - 2002

Volume 2 - 2003

Volume 3 - 2003

Volume 4 - 2003

Volume 5 - 2003

Volume 6 - 2003

Volume 7 - 2003

Volume 8 - 2004

Volume 9 - 2004

Volume 10 - 2004

Volume 11 - 2004

Volume 12 - 2004

Volume 13 - 2004

Volume 14 - 2005

Volume 15 - 2005

Volume 16 - 2005

Volume 17 - 2005
Hikaru no Go, terminé


Volume 18 - 2005

Volume 19 - 2005

Volume 20 - 2006

Volume 21 - 2006

Volume 22 - 2006

Volume 23 - 2006

 

2 avis


aleyx
Hikaru no Go fait figure d'OVNI dans le paysage manga français. C'est un shônen (manga pour garçons), mais vous n'y trouverez aucun guerrier d'outre-espace, aucun mechant géant, pas même une seule petite bagarre entre écoliers. Pour un shônen classique, c'est un sacré handicap. Et pourtant depuis ses débuts en 1999, HnG a conquis le Japon, les USA, et j'espère bientôt la France.

Le dessin de Takeshi Obata y est pour beaucoup. Très fin et dynamique, il parvient bien à rendre l'atmosphère parfois détendue d'une partie à l'amiable, parfois oppressante d'un tournoi. De la même manière, il passe facilement du sérieux au comique, sans jamais pour autant tomber dans la caricature ni briser le flot d'une séquence (chapitres 27 et 28 par exemple, lors du premier match officiel entre les deux héros, Hikaru Shindo et Akira Tôya). Les décors sont à la fois réalistes et très détaillés, ce qui reste rare pour du shônen (et pour tout manga en général après la première dizaine de tomes...)

Le scénario de Yumi Hotta est à la hauteur du dessin de Obata. En dix-neuf volumes lus (les USA sont en avance... en quelque sorte), aucune partie n'est identique, et Hotta prend soin de faire évoluer même les personnages secondaires. C'est encore une particularité de Hikaru no Go: les personnages secondaires gardent une place très importante dans l'histoire, à tel point que l'on passe parfois des chapitres entiers sans voir les personnages principaux que sont Hikaru, Akira et Sai Fujiwara.

Pour un observateur extérieur, il n'est pas facile de s'immerger dans une partie de Go, mais les talents graphique de Takeshi Obata et scénaristique de Yumi Hotta non seulement y parviennent, mais nous fait en redemander. Malheureusement, le manga est terminé en 22 volumes à peine, et la série TV ne couvre que le premier arc (la saga de Sai, jusqu'au volume 17). Mais bon, il paraît que même les meilleures choses ont une fin...

everland
Hikaru no GO est un manga pour ado à rapprocher sans doute des Pokémons et autres Yu-gi-ho (enfin, je les ai pas lu, donc je suppose) : on retrouve un jeune héros qui gravit des marches vers la gloire en affrontant des adversaires variés. Sauf que ce concept est adapté au jeu de GO qui est "l'équivalent" des échecs au Japon et, surtout, que c'est super bien fichu et prenant !

J'avais pas vraiment prévu de lire cette série et c'est un peu par hasard que j'ai lu les premiers tomes chez un ami (coucou Tini !). Au départ on a envie de savoir ce que c'est que le Go, puis on s'attache au personnage, on veut savoir s'il va gagner sa première partie puis on se prend au truc et finalement j'ai lu les 8 tomes en 3 jours. Il faut dire que c'est vraiment bien fichu, à chaque fin de chapitre une nouvelle épreuve se profile qui nous donne envie de poursuivre l'aventure. Evidément, Hikaru no Go n'est pas un chef d'oeuvre qui révolutionne le manga mais dans le domaine du divertissement, c'est très réussi !
bordure
coin bordure coin