crer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par yuyu
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Jésus
Dessin et sc�nario : Yasuhiko Yoshikazu

Jésus, termin�


Volume 1 - 2003

Volume 2 - 2003

Volume 3 - 2004

 

1 avis


pikipu
Yasuhiko est déjà l'auteur d'un manga "historique" sur Jeanne d'Arc, publié en France, ainsi que d'un Néron. Jésus n'est donc pas un manga religieux -pas besoin de se convertir rassurez-vous- mais tente de replacer l'homme dans le contexte de son époque. Avec la touche de fantaisie, au sens large du terme, que tout bon mangaka insère dans chacun de ses ouvrages.

Yasuhiko s'est largement documenté, tant sur les divers courants religieux juifs du Ier siècle que sur le cadre historique, où les romains sont les occupants et les juifs dans l'attente du libérateur. Il s'appuie largement sur les citations des évangiles dont l'édition précise chaque référence pour structurer le déroulement de l'histoire, et essaie de ne pas tomber dans les travers que la superposition d'éléments parfois incompatibles (les 4 évangiles ont été rédigés à des périodes distinctes et s'adressent à des publics différents) peuvent entraîner.

Les évangiles recèlent de merveilles (miracles, tarnsfiguration) que l'auteur prend bien soin de relativiser. Sans pour autant prendre le parti de casser l'histoire, ni d'évangéliser le lecteur, le mangaka tente le pari quelque peu fou de livrer une histoire personnelle de l'Histoire et des prémices d'une religion.

On regrette quelque peu que l'éxégèse ne soit pas parfois poussée plus en avant. Il existe une telle densité d'éléments, de mystère et de contradiction qu'on eut aimé quelque chose de plus abouti, de moins survolé. Pourquoi mentionner les saducéens, les zélotes, les insérer dans la trame historique et ne pas relativiser le rôle déicide confié par St Jean aux juifs? Pourquoi apporter des éléments de l'histoire dispensables et ne pas en gommer d'autres certainement dogmatiques?

C'est là le gros problème de l'ouvrage. On ne traite pas d'un tel sujet en moins de 600 pages. Un peu plus de d'approfondissemnt eut été bénéfique.

Et c'est bien dommage, car le dessin est un réel plaisir pour les yeux. Tout en aquarelle, les personnages, affinés, les paysages, vaporeux, par leur qualité et leur trait ne sont pas sans rappeler ceux du maître Miyazaki.
bordure
coin bordure coin