| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Panini Manga / Generation Comics

complétez cette fiche
Tome 4
ScénarioUrasawa Naoki
DessinUrasawa Naoki
CouleursNoir et Blanc
Année2002
EditeurPanini Manga / Generation Comics
Série20th Century Boys, tome 4
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 1hs ...
Bullenote [détail]

Le mystérieux homme de Bangkok lève le voile sur son passé et son identité. On en apprend un peu plus sur les liens qui unissent l'organisation d'Ami à certains milieux internationaux peu recommandables. Pendant ce temps à Tokyo, Kenji s'organise dans la clandestinité...

 

2 avis

CoeurDePat
Encore une fois le changement de volume s’accompagne d’un changement de personnage principal. Il s’agit ici, vous l’aurez compris, du shôgun, qui se retrouve presque par hasard impliqué dans une affaire avec la secte d’Ami.
Et oserais-je l’avouer, j’adore ce personnage ! La parfaite gueule du justicier, un caractère taciturne et bourru à souhait, un maître moine qui lui a fait subir un entraînement plus qu’éprouvant, costaud, hargneux et droit.
La caricature du justicier, mais avec une belle envergure, une histoire intéressante, un côté psychologique assez développé… La lecture de ce tome a été tout simplement jouissive. Urasawa montre qu’il sait utiliser un cadre ultra classique pour en faire une réussite.On retrouvera aussi d’autres personnages des tomes précédents, donnant ainsi l’impression que les différents fils commencent à se rassembler (bave, bave !), et on constatera que les personnages ne sont absolument pas figés, mais évoluent de façon intéressante.
Une particularité des mangas en général est un rythme assez lent, des scènes plus fournies en nombre d’images. Si Urasawa maîtrise fort bien cet aspect, on ne pourra qu’admirer les ellipses dont il parsème 20th Century Boys : sauts dans le futur, retours dans le passé, le tout sans perdre le lecteur et en intensifiant l’intérêt, voilà de quoi changer d’une narration plus classique.
pikipu
Pour ceux qui se demandaient qui est le Shogun entraperçu à la fin du troisième volume, vous serez ravi de lire ce quatrième opus de la série. Celui-ci est en effet quasiment consacré à ce nouveau protagoniste. Un protagoniste qui aime beaucoup l'action. Un sacré Rambo.

Evidemment Urasawa fait d'une pierre deux coups en utilisant ce personnage pour faire avancer le schmilblick, mais on reste mitigé à la lecture de ce volume.

Car l'ambiance angoissante distillée par les trois premiers tomes disparaît. Le shogun est à la limite de la caricature, sa cause aussi. On a un peu l'impression de lire un story board de film de kung-fu tourné à Hong-Kong où un super-héros se bat contre la pègre locale, en justicier universel et solitaire. Je pense notamment à la longue scène dans le temple à la frontière thaïlandaise, au sacrifice de l'ancien adepte d'ami reconverti in extremis à la vraie vie et à la cause de l'humanité. Ca se lit, mais on l'a déjà tellement vu et revu qu'on ne s'émerveille pas vraiment.

On consomme surtout.

Heureusement le retour de Kenji à la fin du volume nous remet sur de meilleurs rails. Un petit cliffhanger et on passe au tome 5.

On l'espère aussi bon que le second.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin